Un sacré numéro : la Peugeot 205

Lancée en 1983, la Peugeot 205 constitue l’un des plus grand succès de la marque de Sochaux, produite à plus de 5 millions d’exemplaires jusqu’en 1998. Paris Balade vous propose de découvrir un essai de la version SR datant de 1988 et réalisé par l’Auto Journal en septembre 1988.

L’essai

Année après année, Peugeot affine la définition de la 205. Depuis un an, nous avons droit à une SR encore mieux armée, avec un moteur plus puissant. Pour les modèles 90, la boîte est améliorée.

Un bon millésime

Peugeot 205 intérieur

L’intérieur

Sochaux s’ingénie à décliner le mythe 205 de toutes les manières imaginables, dans le but de ratisser toutes les clientèles. Ainsi nous avons droit à une 205 SR qui paraît destinée à fournir une voiture polyvalente, urbaine mais également routière. Le moteur 100% alliage appartient à la famille TU, avec boîte de vitesses en bout. De conception moderne, ce groupe 1 360 cm3 a vu les inerties de pièces en mouvement diminuer. La culasse bénéficie de quatre sorties séparées, l’alimentation est assurée par un carburateur simple corps, l’allumage étant du type transistorisé. Du côté de la puissance annoncée, nous en sommes maintenant à 70 ch à 5 600 tr/mn, cela toujours avec un rapport volumétrique de 9,3. Le gain de 5 ch en puissance s’accompagne seulement d’une augmentation du régime de 200 tr/mn mais également d’un déficit sensible dans le domaine du couple. Du côté de la transmission, la grille de la boîte est nouvelle pour le millésime 90.

Peugeot 205 tableau de bord

Tableau de bord

A deux personnes à bord,  le meilleur tour a été accompli à 165 km/h alors que, il y a deux ans, nous n’avions pu dépasser dans les mêmes conditions 159 km/h. Accélérations et reprises en 5ème sont également en hausse, une courbe moins abrupte mais bien répartie étant susceptible d’assurer une souplesse de qualité. Bien entendu il restait à vérifier si cet allant nouveau ne se payait pas en consommation. Le rapprochement des courbes à vitesse constante du 65 et du 70 ch démontre que l’augmentation n’atteint jamais 0,5 litre/100 km. Ce n’est pas la légère amélioration des performances qui détériorera le comportement routier. Au contraire, à mesure que la 205 devient plus fringante elle paraît acquérir une maturité qui ne demande qu’à s’exprimer. Entraînée par un moteur bien filtré, servie par une direction rapide, douce et précise, efficacement contrôlée par de bons freins, portée par une suspension partagée entre le confort et l’efficacité, la SR n’est affligée d’aucun défaut notable. La planche de bord est assez adroitement dessinée et sa réalisation ne fleure pas le bâclé. Les sièges sont pour leur part agréables à contempler et plus encore à utiliser. Ils ménagent les reins fragiles et maintiennent bien le corps à grande vitesse avec, à l’arrière, un volume utilisable très acceptable. En revanche, le coffre n’est pas énorme sauf, si l’on use des dossiers rabattables. On aimerait bénéficier en série des lève-glaces électriques ainsi que du blocage central.

Bien rangée entre la pétulante GTI et la juvénile Rallye, la 205 SR représente sinon le bon choix mais tout au moins le choix raisonnable… En dehors des observations formulées plus haut, l’ensemble représente une incontestable réussite.

 

Qualités Peugeot 205 SR :

  • Moteur en progrès
  • Tenue de route
  • Suspension
  • Bon freinage

 

Défauts Peugeot 205 SR :

  • Coffre mesuré
  • Pas de commande du coffre à l’intérieur
  • Glace électriques