Après La Coupole, Paris Balade vous raconte l’histoire du restaurant Le Dôme situé dans le quartier de Montparnasse.

Le Dôme, un symbole des années folles!

Situé à l’angle du boulevard Montparnasse et de la rue Delambre, Le Dôme est fondé en 1898 par l’auvergnat Paul Chambon. A l’origine, c’était un petit bar-tabac de quartier. Dès 1905, l’établissement commence à attirer une clientèle d’artistes scandinaves, allemands et américains, et s’impose comme un lieu de rassemblement intellectuel. Un billard se trouve dans l’arrière-salle, monopolisé par les premiers arrivés. Les autres jouent au poker. L’ambiance est chaleureuse, propice à la naissance d’amitiés durables. Les habitués discutent des heures durant, notamment de peinture. On raconte qu’à l’époque, un artiste pauvre pouvait commander une saucisse de Toulouse et une assiette de purée pour l’équivalent d’un euro.

Entrée Le DômeHemingway décrit Le Dôme dans Paris est une fête : «Il y avait des modèles qui avaient posé, et des peintres qui avaient travaillé jusqu’à ce que la lumière vint à leur manquer ; il y avait des écrivains qui avaient achevé leur journée de travail, pour le meilleur ou pour le pire, et il y avait aussi des buveurs et des phénomènes, dont quelques-uns m’étaient connus et dont certains étaient de simples figurants. »

Ainsi le jeune peintre d’origine bulgare Jules Pascin arrive à Paris le 24 décembre 1905 à bord de l’Orient-Express. Devenu célèbre grâce à ses dessins satiriques publiés dans Simplicissimus, journal antimilitariste et anticlérical allemand, il est accueilli par ses amis sur le quai de la gare. Ils l’amènent directement au Dôme pour une grande fête de bienvenue. Le Dôme devient le QG de Pascin.

La grande guerre éclate. La mobilisation générale met fin à l’ambiance festive de Montparnasse. Les allemands quittent Paris. Les soldats français rejoignent le front. Les survivants reviendront après la guerre reprendre leurs habitudes au Dôme ou ailleurs.

De 1920 à 1929, Paris connaît dix années d’effervescence. Ce sont les années folles. La jeunesse veut profiter de la vie et oublier les horreurs de la guerre. Les bâtiments Art Déco transforment le paysage urbain, l’automobile s’impose, l’électroménager révolutionne le quotidien. L’émancipation de la femme devient un sujet d’actualité. En effet, suite au départ des hommes pour le front, les femmes ont déjà acquis une certaine indépendance. Sous l’impulsion de Coco Chanel, elles adoptent une mode qui représente leur état d’esprit : une coupe « à la garçonne », des jupes plus courtes et des vêtements plus confortables, à l’opposé du corset encore porté à la Belle Epoque. Paris devient la capitale du renouveau, et c’est dans les brasseries de Montparnasse que se donnent rendez-vous ceux qui en sont l’égérie.le dôme

Dans l’entre-deux-guerres, le Dôme est incontestablement l’un des symboles des années folles. Il est fréquenté par de nombreux américains et allemands fortunés. Dans les annales de l’établissement est inscrite la réception organisée le 19 septembre 1921 en l’honneur de Charlie Chaplin, Douglas Fairbanks et Mary Pickford, stars du cinéma américain.

On appelle les habitués du Dôme les « dômiers », terme inventé pour désigner les personnalités qui fréquentaient le lieu et dont faisaient partie, entre autres, Henri Cartier Bresson, Max Ernst, Foujita, Gauguin, Hemingway, Lénine, Modigliani, Pascin, Picasso, Soutine, Man Ray, Kandinsky…

Le Dôme figure dans les œuvres littéraires suivantes : Les étrangers de Sandor Marai, L’invitée de Simone de Beauvoir, Paris est une fête d’Ernest Hemingway, L’âge de raison de Jean-Paul Sartre.

Le Dôme aujourd'huiAujourd’hui c’est un restaurant chic qui propose un menu de poissons et de fruits de mer. Connu pour sa fameuse sole ou sa bouillabaisse, l’établissement adapte sa carte tous les jours au gré des arrivages des pêches.

 

Où ?

108 boulevard Montparnasse

75014 Paris

Tél. 01 43 35 25 81

M° Vavin ou Edgar Quinet
 

Quand ?

Du lundi au dimanche
De 12h à 15h et de 19h à 23h