Paris Balade vous raconte aujourd’hui l’histoire d’un des ingénieurs les plus célèbres ayant travaillé pour Mercedes. Bela Barenyi est non seulement le père de milliers de brevets déposés, mais il est surtout le pionnier de la sécurité passive dans l’industrie automobile.

Les débuts difficiles

Bela BarenyiIl nait le 1er mars 1907 à Hirtenberg, près de Vienne dans l’une des plus riches familles de l’empire Austro-Hongrois. Par sa famille, il sera le témoin direct des début de l’automobile. Son père possède, en effet une Austro-Daimler. La mort de son père pendant la première Guerre Mondiale et la grande dépression ruinent sa famille. Il réussit cependant à réunir les fonds nécessaires pour s’inscrire à la prestigieuse Université technique de Vienne et obtient sont diplôme en 1926 avec d’excellent notes et se distingue déjà par ses idées avant-gardistes. Il espère se faire embaucher par Daimler, mais la crise économique limite les recrutements. Après une décennie de poste temporaires, il se fait embaucher par la Société pour le progrès Technique (GETEFO) à Berline. Elle le licencie en 1939.

La vie de Bela Barenyi chez Mercedes

Mercedes zone deformable Bela BarenyiRêvant toujours de travailler pour la marque à l’Etoile, il décide de contacter directement le président de Mercedes, Wilhelm Haspel. Ce dernier est impressionné par la détermination de Barenyi et son intérêt pout la sécurité.  Haspel le considère comme ayant 20 ans d’avance sur son temps. Après-guerre, la sécurité dans le secteur automobile n’est pas à l’ordre du jour. Cependant, le 23 janvier 1951, Bela Barenyi dépose son brevet le plus important. Il met en évidence son fameux concept de zones déformables. L’idée est que l’énergie cinétique puisse être absorbé par ces zones déformables en cas de choc. Cette dissipation de l’énergie cinétique permettant de préserver les passagers. La voiture est ainsi partagée en 3 parties : une partie solide au milieu, pour les passagers, et 2 parties déformables, à l’avant et à l’arrière.

Bela Barenyi crashtestBela Barenyi s’intéresse aussi à l’intérieur. La Mercedes W111 (1959) est la première voiture avec l’intérieur étudié pour limiter les blessures en cas d’accident. Les parties saillantes sont remplacées par des pièces arrondies, le volant est équipée d’une partie moussée en son milieu, en cas d’impact le rétroviseur intérieur se détache. En 1961 les points d’encrage pour les ceintures de sécurité deviennent standards.

Ce sont plus de 2500 brevets qui seront déposés par Bela Barenyi, il gagne ainsi son surnom du « sauveur de vies ».

Bela Barenyi prend sa retraite en 1972. En 1994, il reçoit la distinction de l’Automotive Hall of Fame récompensant les personnalités ayant marqué l’automobile. Il meurt en 1997, près de Stuttgart à l’âge de 92 ans.

La Mercedes 280 SE de Paris Balade est un parfait exemple des travaux de Bela Barenyi. Embarquez avec nous à son bord pour une visite guidée de Paris.