LOlympia hier, aujourd’hui, demain

Véritable monument du spectacle, la salle mythique a accueilli depuis ses débuts plus de 38 millions de spectateurs venus applaudir leurs idoles. Les plus grandes stars françaises et internationales s’y sont produites : Edith Piaf, Joséphine Baker, Petula Clark, Bill Haley, Louis Armstrong, Juliette Gréco, Johnny Hallyday, Sylvie Vartan, Frank Sinatra, Ray Charles, Georges Brassens, Charles Trenet, Charles Aznavour, Les Beatles, Les Rolling Stones, Claude François, Jacques Brel, Liza Minnelli, Bob Dylan, Dalida, Yves Montand, Jimi Hendrix, Janis Joplin, Nana Mouskouri, Coluche, Serge Gainsbourg, Michel Berger, David Bowie, Elton John, Vanessa Paradis, Matthieu Chedid, Nekfeu, DJ Snake… La liste est interminable !

En 1893, l’homme d’affaires Joseph Oller fait construire une salle de spectacles qu’il baptise Olympia. La salle ouvre ses portes le 12 avril. Sur scène, la Goulue (immortalisée par Toulouse –Lautrec) danse le french cancan. C’est à l’Olympia que Joseph Oller invente le mot music-hall. Il souhaite faire de cet endroit un café-concert mais le terme ne lui plaît pas. Il cherche un mot nouveau à consonance anglaise et s’adresse à un ami bilingue pour connaître la traduction de termes comme « salle » ou « hangar ». Son ami lui propose le mot « hall ». Oller y rajoute « music ». Voilà comment est né le mot « music-hall » dans les coulisses de l’Olympia !

Au fil des années, la salle change de propriétaires et de programmes. Clowns, ventriloques, magiciens, reines de beauté et danseuses se succèdent sous la lumière des projecteurs. Puis, l’Olympia se transforme en salle de cinéma…olympia exposition artistes

Bruno Coquatrix reprend la direction de l’Olympia en 1954. A 44 ans, il est déjà une personnalité appréciée du monde de la musique et du théâtre. Son ambition est de rendre la salle à la chanson. Le 5 février 1954, l’Olympia ouvre ses portes avec à l’affiche la chanteuse Lucienne Delyle accompagnée d’un jeune débutant qui interprète quatre chansons, Gilbert Bécaud. En quelques années, les artistes se succèdent au rythme de leurs succès et l’Olympia devient une étape incontournable de leur carrière. Un tremplin où de nombreux talents ont démarré.

Durant l’été de 1957, d’importants travaux de rénovation sont entrepris. Le décor est changé pour donner une nouvelle identité à la salle en soulignant les couleurs de ce lieu chargé d’histoire : le bleu du plafond, le noir des murs, le rouge des fauteuils.

Au début des années 1990, la Société générale, propriétaire des murs et des immeubles avoisinants souhaite restructurer les lieux aux fins d’un vaste projet immobilier qui prévoit la démolition de la salle. Jack Lang, alors ministre de la culture, sauve le lieu en ordonnant le classement de la façade en monument historique. En avril 1997, l’Olympia est fermée pour travaux pendant six mois.  La salle et son prestigieux hall rouge sont alors rebâtis à quelques mètres de l’emplacement d’origine, la façade n’ayant pas été touchée. La nouvelle salle ouvre ses portes en novembre 1997 avec Gilbert Bécaud. Si les coulisses ont un peu changé, la scène est restée quasiment la même.

Depuis 2001, l’Olympia est propriété du Groupe Vivendi.

costume claude françois

Costume de Claude Françoise

L’exposition LOlympia hier, aujourd’hui, demain dévoile l’histoire de ce lieu mythique et invite le visiteur à la découverte des grands artistes qui ont contribué à bâtir sa légende. A travers de photos exceptionnelles, de vidéos, d’anecdotes, de costumes de scène et d’objets rares, vous plongez dans l’ambiance magique du spectacle dans un lieu où l’histoire rencontre l’avenir.

Saviez-vous que pour son deuxième passage à l’Olympia en 1955, Gilbert Bécaud provoque l’hystérie chez les spectateurs à tel point que la salle est dévastée et que la scène est recouverte de soutiens-gorge ? Bruno Coquatrix en fait un argument publicitaire et déclare aux journalistes : « 300 sièges ont été détruits à l’Olympia hier soir ! ». C’est d’ailleurs à la suite de ce spectacle que l’on invente le mot « fans » (dérivé de « fanatique ») pour désigner le public de Bécaud. Avant les artistes avaient des admirateurs ; désormais ils auront des fans.

Pour apprendre d’autres histoires et anecdotes, ne tardez pas de visiter l’exposition à l’Olympia.

Où ?

28 bd des Capucines, 75009 Paris

Pour savoir plus sur l’exposition à l’Olympia

 

Quand ?

Du 26 avril au 15 juin 2016 ; du mardi au dimanche ; de 12 à 17 heures

 

Combien ça coûte ?

Tarif normal 7 euros, tarif réduit 5 euros, gratuit pour les moins de 10 ans