Suite à nos guides d’achat des années 60 et années 70, nous vous présentons aujourd’hui une sélection de break des années 80 pour s’offrir un youngtimer sans se ruiner. De l’increvable Mercedes à la capricieuse Italienne en passant par une Tchèque dessinée par Bertone, vous trouverez forcément votre bonheur !

Mercedes W124 Break

Un classique et la dernière Mercedes increvable. La version Break (T) est lancée un an après la berline, en 1986. Pouvant disposer de 7 places, avec 2 places dans le sens contraire de la route, elle offre une très grande capacité de chargement. La finition est excellente et les possibilités de coloris intérieur et extérieur nombreuses. Les 4 cylindres ne sont pas sportifs, mais assurent une conduite tranquille, quant aux 6 cylindres, ils constituent un excellent choix. Privilégiez une voiture bien entretenue, une remise en état pouvant vitre s’avérer couteuse.

Mercedes W124 Break

Côte LVA : à partir de 4 000 euros.

Peugeot 505 Break

Dernière propulsion de Peugeot, la 505 est injustement oubliée. Dessinée par Pininfarina, elle est d’une fiabilité proverbiale. La version break est présentée en 1982. La version familiale avec trois rangée de sièges (et donc une capacité totale de 8 places) était la préférée des familles nombreuses et des taxis. Les 2 banquettes pouvaient être rabattues offrant une volume total de chargement de 1,94 m er une capacité de charge de 590 kg ! Des versions 4×4 modifiées par Dangel ont également existées. Le plus difficile sera de trouver une rescapée…

 

Côte LVA : à partir de 1 500 euros.

Skoda Forman Break

Première traction avant de Skoda, la Favorit est une vraie révolution lors de sa sortie en 1987. Dessinée par la carrossier Italien Bertone, elle affiche un dessin moderne et une finition plutôt correct. La version break, appelée Forman est lancée en 1990 avec un 1300 de 62 chevaux issu de la Skoda 136 à moteur arrière. Le rachat par Volkswagen en 1993 améliore encore la finition et un 1,6 de 75 chevaux est introduit. Attention au train avant souvent fatigué.

Skoda Forman Break

Côte LVA : à partir de 1 000 euros

Alfa Romeo 33 Break

La 33 est lancée en 1983 et doit succéder à l’Alfasud. Elle reprend ses moteurs à plat déclinés en trois cylindrée (1.3 – 1 .5 et 1.7 litres). Le break Giardinetta est introduit en 1984. Reprenant les qualités de la berline il étonne par sa vivacité et ses mécaniques au tempérament sportif. Optez pour les phases 3 (1989-1994) qui bénéficient d’une présentation bien plus flatteuse et de moteurs revus dont le 1.7 16 soupapes de 137 chevaux. Attention aux pépins électriques, la mécanique étant par contre plutôt fiable.

Alfa Romeo 33 Break

Côte LVA : à partir de 2 000 euros.

Citroen BX Break

La BX sort peu à peu de son image de voiture de papy. Etant l’une des dernières vraies Citroen, elle offre le confort de la suspension hydropneumatique. Fabriqué par le carrossier Heuliez, le break Evasion est lancée en 1985 et offre 2 versions essence 16 RS et 19 TRS et une Diesel, 19 RD. Se négociant encore pour une bouchée de pain, c’est assurément une excellente affaire pour rouler dans un break des années 80.

Citroen BX Break

Côte LVA : à partir de 1 500 euros.

Audi 100 Avant C3

Lancée en 1983 en version Break (la berline apparait en 1982 et sera élue voiture de l’année), cette spacieuse Allemande vous assure le confort et une fiabilité de bon aloi. Le bon choix est sans doute d’opter pour un 5 cylindres essence en version Quattro (2.2E de 120 chevaux). La phase 2, lancée en 1988 voit une réelle amélioration du du tableau de bord tout en rondeur. Elle sera produite jusqu’en 1991 et constitue sans doute la première Audi à avoir concurrencé les break des années 80 de Mercedes et Bmw.

Audi 100 Avant

Côte LVA : à partir de 3 000 euros