Ligier est l’équipe Française ayant connue la meilleure longévité dans le monde impitoyable de la Formule 1. De 1976 à 1996, Ligier disputa 326 grand prix en remportant 9 victoires.

Paris Balade vous raconte l’histoire, saison par saison, de cette équipe mythique dans une série d’articles.

Guy Ligier

Guy Ligier

Né en 1930 à Vichy, Guy Ligier est d’abord un rugbyman de renom. Il sera international B en équipe de France à la fin des années 40. C’est à l’âge de 34 ans qu’il commence tardivement sa carrière de pilote de course en Formule 2. Il disputera même 12 grand prix de Formule 1 en 1966 et 1967 sur une Cooper Maserati privée et une Brabham BT20 Repco. Son meilleur résultat est une une 8ème place au GP d’Allemagne 1967. A l’époque seuls les 6 premiers marquent des points au championnat du monde. Cependant, ce jour-là, deux pilotes devant lui courent sur des F2 et ne sont donc pas éligibles au classement F1. Il marque ainsi son seul point en Formule 1 avec cette 8ème place devenue 6ème.

Ligier JS1 Le Mans 1970

Ligier JS1 Le Mans 1970

Le succès n’est pourtant pas au rendez-vous et Guy Ligier revient en Formule 2 pour la saison 1968. C’est au cours de cette saison que l’un de ses meilleurs amis, Jo Schlesser, se tue sur une Honda en F1. Très marqué, Guy Ligier annonce sa retraite sportive en fin de saison. Il revient pourtant à la compétition aux 24 heures du Mans 1970 sur sa propre voiture : la Ligier JS1. Le JS étant en hommage à Jo Schlesser. Toutes les Ligier porteront désormais cette dénomination. Sa dernière participation au Mans, en tant que pilote, sur une Ligier JS2 a lieu en 1973. Il est associé à celui qui deviendra son pilote fétiche, Jacques Laffite.

C’est grâce au soutien de la SEITA (Société d’Exploitation Industrielle des Tabacs et des Allumettes) et du motoriste Matra qu’il décide de se lancer dans le grand bain de la Formule 1 en 1976.

La saison 1976

C’est en février 1975 qu’est officiellement annoncée la création de cette nouvelle équipe 100% Française et que débute l’histoire de Ligier en Formule 1. Les pilotes initialement annoncés sont Jean-Pierre Beltoise et Henri Pescarolo. Gérard Ducarouge est le team manager mais aussi l’ingénieur en chef secondé par Michel Beaujon et Paul Carillo. L’utilisation du moteur V12 Matra est confirmé en juin 1975 après de longues tractations.

Le coût du Matra était en effet bien supérieur au Cosworth DFV alors utilisé par de nombreuses équipes en F1. La Ligier JS5 Matra est officiellement présentée le 29 octobre 1975 dans les locaux de la SEITA sur les bord de Seine à Paris. Si les suspensions et la monocoque sont classique, l’aérodynamique interpelle. C’est Robert Choulet qui en est le designer. La prise d’air est si haute que la voiture gagne rapidement le surnom de la « théière » ! Le moteur Matra est secondé par une boite de vitesse Hewland TL200.

Jacques Laffite Guy Ligier et Gerard Ducarouge au GP du Bresil 1976

Jacques Laffite, Guy Ligier et Gerard Ducarouge au GP du Bresil 1976

Le 5 novembre 1975, les essais de présaison débutent. Jacques Laffite s’y monte plus rapide que Beltoise et gagne finalement sa place pour la saison 1976. Des rumeurs circulent sur l’engagement de Jean-Pierre Jarier comme deuxième pilote, mais finalement Ducarouge annonce que cette première saison se fera avec une seule voiture.

Rapide durant les essais de pré-saisons, Laffite abandonne pourtant aux 2 premiers grand prix de la saison. Il maque les premiers points de Ligier à Long Beach en terminant 4ème après s’être élancé 12ème sur la grille de départ. La voiture progresse et Jacques signe son premier podium lors de la 5ème manche de la saison en Belgique sur le circuit de Zolder (3ème). Auteur d’une belle remontée à Monaco, il sort de la piste alors qu’il rattrapait Stuck pour la 4ème place. Une 4ème place qui lui revient ensuite en Suède.

Le Grand Prix de France sera marqué par un moteur Matra en manque de puissance et une décevante 14ème place. Deux abandons suivent en Angleterre et Allemagne. Il revient en forme en Autriche en terminant second à 10 secondes du vainqueur John Watson. Il signe même la première pole position de Ligier à Monza. Ne parvenant à contenir Peterson et Regazzoni, il signe cependant un troisième podium. Notons que Monza 1976 est également le Grand Prix où Lauda fit son retour à la compétition après son gravissime accident du Nurburgring. La fin de saison est plus décevante avec une grosse sortie de route suite à une crevaison à Watkins Glen et une anonyme 7ème place au Japon.

Le bilan de cette première saison est cependant plus que positif puisque Ligier est rapidement devenu un vrai prétendant aux podiums.

Statistiques 1976

Classement pilote : Jacques Laffite 8ème 20 points

Classement constructeur : Ligier Matra 6ème 20 points

Meilleur résultat : 2ème (Autriche)

Meilleure qualification : 1er (Italie)

Paris Balade vous racontera bientôt la suite de l’aventure de Ligier en Formule 1.