La Peugeot 505 Turbo, une réalisation de Pininfarina dans sa déclinaison sportive

Paris Balade vous propose de découvrir un essai de la déclinaison la plus sportive de la 505, la Peugeot 505 Turbo Injection réalisé en 1983 par l’Auto journal. Bonne lecture !

L’essai

La Peugeot 505 Turbo nous a fourni sur l’anneau de vitesse de Montlhéry des prestations parfaitement convaincantes. Avec deux personnes à bord, la vitesse de point s’est établie à 199,5 km/h, ce qui garantit plus de 200 km/h en ligne droite. Nous avons noté aux 400 m départ arrêté 15,6s suivis d’un excellent 29,2s aux 1000 m.

Performances Peugeot 505 Turbo

Performances

En fait, le comportement du moteur n’est pas loin d’être exemplaire car il rassemble toutes les qualités du turbo en escamotant la plupart de ses inconvénients, sauf en matière de consommation, comme nous le verrons plus loin. Déjà à bas régime, la puissance disponible n’est pas négligeable.

Le turbo entre en action assez tôt – moins de 3000 tr/mn à faible ouverture et moins de 4000 tr/mn accélérateur au plancher – et ce, d’une manière suffisamment progressive pour qu’aucun à-coup préjudiciable à l’équilibre du véhicule ne se fasse sentir. Le filtrage des vibrations et aussi du bruit est assuré dans de bonnes conditions.Peugeot 505 Turbo tableau de bord

La boîte est pratiquement aussi agréable à manipuler que les meilleurs ensembles étrangers. La quatrième monte à près de 175 km/h au compteur, avec une bonne synchronisation sur tous les rapports.

S’il est vrai qu’au terme de notre essai de consommation de croisière accompli sur notre habituel circuit de 200 km nous n’avons obtenu que 9,65 litres à 75 km/h de moyenne, il n’en demeure pas moins qu’en demandant beaucoup à ce moteur – qui ne demande d’ailleurs pas mieux que de le fournir – nous avons noté avec inquiétude une consommation maximale de 26 litres aux 100 km.

Coté comportement routier, nous n’avons pas affaire à une voiture spectaculaire. Sa plus grande qualité réside dans une tranquillité de conduite qui ne se dément pour ainsi dire jamais, en dépit de la vivacité relative avec laquelle elle répond aux injonctions de son pilote. Lancée à plus de 2000 en ligne droite, la Turbo tient sa ligne de route de manière parfaitement impavide.

Grâce aux qualités de la suspension et à la bonne adhérence fournie par les pneumatiques, il faut aller très loin pour discerner une légère tendance au sous-virage. La suspension est ferme, bien amortie et proche du meilleur confort, surtout à grande vitesse. Le roulis aussi bien que le tangage sont efficacement combattus.

Les freins ne possèdent pas au toucher la réaction instantanée que proposent certaines voitures de grande diffusion. Pourtant, la pédale devient de plus en plus convaincante à mesure que la vitesse augmente.

Bien que la carrosserie n’ait pas subi de modifications sensibles, l’aspect de la Peugeot 505 Turbo affiche un incontestable renouveau par rapport à la berline de grande série.

On appréciera les projecteurs réglables en site du tableau de bord, le verrouillage central des portières et de la trappe de ravitaillement en carburant, les quatre appuis-tête, des lève-glaces électriques à l’avant, cela sans parler de la boîte à gants intérieurement éclairée et fermant à clé, de la montre numérique, du témoin du niveau mini de l’huile du moteur, des deux rétroviseurs extérieurs réglables de l’intérieur et l’avertisseur à compresseur deux tons, tout cela étant prévu en série.

 

Qualités :

  • Excellentes performances
  • Bonne tenue de route
  • Freinage efficace
  • Présentation agréable
  • Bonne boîte
  • Suspension

 

Défauts :

  • Forte consommation
  • Direction trop démultipliée
  • Réservoir de trop faible capacité
  • Planche de bord vieillie