Lorsque vous flânez dans le Quartier latin, faites une halte à la petite place de la Sorbonne. Longue 72 m et large 35 m, elle a été créée en 1639. La place doit son nom à l’université de la Sorbonne. Bordée de boutiques et  de cafés, aménagée de façon piétonne, dominée par la statue du philosophe Auguste Comte et d’un bassin à jets d’eau, la place donne sur le boulevard Saint-Michel.

Faire une pause dans l’un des charmants cafés-terrasses ; à l’ombre bienfaisante des arbres, on a l’impression de se trouver dans un îlot de fraîcheur et de quiétude. Admirer les bâtiments remarquables. Aux  numéros 1 à 3, le collège de Cluny.  Au numéro 6, la librairie philosophique J. Vrin fondée en 1911. La chapelle Sainte-Ursule donne sur la place ainsi que l’une des entrées de l’université de la Sorbonne.

La place de la Sobronne

Lieu symbolique depuis les évènements de Mai 68, la place de la Sorbonne est devenue un endroit de protestation étudiante, notamment lors du mouvement contre le contrat première embauche en 2006, où elle fut interdite d’accès pendant plusieurs jours.

En passant près de la Sorbonne, vous êtes-vous demandé quelle était l’origine du nom de la célèbre institution ? Paris Balade vous raconte son histoire.

Le fondateur de la Sorbonne, Robert de Sorbon, est né en 1201 à Sorbon, village situé entre Reims et Charleville-Mézières. Issu d’une famille modeste, il s’oriente vers le clergé afin d’accéder à une meilleure condition. Il s’installe à Paris et suit des cours de théologie. Devenu maître en théologie, Robert de Sorbon acquiert une réputation d’orateur et de prédicateur. Il est remarqué par le roi Saint Louis, qui en fait son chapelain – le religieux le plus proche du souverain, conseiller et homme de confiance.

Robert de Sorbon n’a pas oublié ses origines. Conscient de l’impact des inégalités sociales sur l’instruction des jeunes, il souhaite créer une institution dirigée par des ecclésiastiques séculiers qui proposerait un enseignement gratuit. Ainsi, en 1253, Robert de Sorbon fonde un collège qui accueille une quinzaine d’étudiants pauvres se destinant à la théologie, qui recevront asile et enseignement. L’établissement est appelé la Sorbonne. C’est dans ses bâtiments qu’en 1469, trois imprimeurs de Mayence mettent en marche la première imprimerie de France qui fonctionne selon le procédé inventé par Gutenberg.

Robert de Sorbon

Richelieu, élu proviseur de la Sorbonne, décide de faire rebâtir les bâtiments qui tombent en ruines. Des travaux de grande envergure sont entrepris en 1624. Ils concernent les bâtiments réservés aux étudiants et aux maîtres ainsi que la chapelle Sainte-Ursule. Quand Richelieu meurt en 1642, la construction n’est pas encore achevée. Il est inhumé dans la crypte creusée au-dessous du chœur de la chapelle.

Fermée à la Révolution, l’université fut rouverte en 1806 par Napoléon qui en fera un haut lieu intellectuel. Elle sera rebâtie et considérablement agrandie à la fin du 19e siècle pour devenir le principal centre d’enseignement supérieur de France. La Sorbonne abrite 22 amphithéâtres, 22 salles de conférences, 240 laboratoires et une bibliothèque. La chapelle est la seule trace qui reste des bâtiments construits par Richelieu.

Université Sorbonne

Enfin, rappelons la célèbre citation de Robert de Sorbon :

« Vivez avec les loups, soit, mais pour les convertir en agneaux ; sinon, tenez pour certain qu’ils vous mangeront ».

N’est-elle pas toujours d’actualité ?

Pour découvrir l’histoire du quartier Latin, embarquez à bord d’une de nos voitures de collection pour une balade Rive Gauche.