L’équipe de Paris Balade vous présente aujourd’hui l’histoire d’un petit coupé produit à Poissy et dessiné à Turin par Bertone, le coupé Simca.

Le coupé Simca 1000

Coupé simca tableau de bordL’abandon au début de 1962 des Océane et Plein Ciel (carrossées par Facel) laisse un grand vide dans la gamme Simca qui ne présente plus ni petit coupé ni petit cabriolet. La clientèle féminine risquant de se tourner vers la Renault Floride, le président Pigozzi se doit de réagir rapidement. Il décide alors de décliner la petite berline Simca 1000 à moteur arrière en coupé. C’est à Bertone qu’est confié la tâche de dessiner une voiture complète pour le salon de Genève de mars 1962. C’est le jeune Giorgetto Giugiaro, 23 ans, qui s’attèlera à la réalisation. Sobre dans sa présentation extérieure, le coupé Simca 1000 joue la notre de la sportivité dans l’habitacle avec un volant à trois branches et un tableau de bord riches en cadrans à l’instrumentation complète.

La mécanique est quasiment similaire à celle de la berline avec juste quelques chevaux en plus (40ch, 140 km/h). Le coupé bénéficie cependant de 4 freins à disque. Elégant grâce à son design Italien, le coupé est cependant vendu deux fois le prix de la berline, ce qui limitera fortement sa diffusion. Il n’en sera produit que 10 000 exemplaires en cinq ans.

La 1200 S, une version sportive

Simca 1200 SDévoilé en mai 1967, pour une mise en production à l’automne le coupé 1200 S voit sa mécanique sérieusement retravaillée. L’augmentation de la cylindrée et l’alimentation par deux carburateurs double-corps Solex font que la puissance est carrément doublée (80ch, 175 km/h) ! Pour avoir un meilleur équilibre des masses, le radiateur migre à l’avant. Les trains roulants sont également améliorés (barre stabilisatrice à l’avant, transmissions double et carrossage négatif à l’arrière).

Le tableau de bord s’habille maintenant de bois et une sellerie cuir est même proposée en option. Les essais d’époque vantent les performances et la bonne maniabilité du petit coupé Simca 1200 S. En 1969, une assistance de freinage et une direction à crémaillère complètent le tableau. La collaboration avec Bertone cesse fin 1972, et le coupé Simca ne sera jamais vraiment remplacé. 14 700 unités seront produites pour la 1200 S. Ce sont les Simca 1000 rallye 1 qui lui succèderont dans le cœur des sportifs.

Acheter un coupé Simca

Comme sur beaucoup de voitures sportives, veillez à bien examiner l’état des trains roulants et les traces de chocs ou réparation. Coté corrosion, fabrication Italienne oblige, soyez vigilants. La disponibilité des pièces, dont beaucoup sont communes avec d’autres modèles de la marque est correct. C’est beaucoup plus difficile pour les éléments d’habillage. La 1000 s’échange autour de 14 000 euros en très bon état, quand à la Coupé Simca 1200 S, sa côte peut monter jusqu’à 22 000 euros.