Les Ferrari 400 et BB, le cheval cabré dans deux configurations différentes !

Produite de 1979 à 1985, la Ferrari 400 i est une véritable 2+2, dessiné par Pininfarina, elle se distingue pas son élégance, mais aussi par sa conduite typée Grand tourisme, plutôt que sport. La Ferrari 512 BB se distingue pas son moteur central 12 cylindres à plat, elle sera produite à 1007 exemplaires jusqu’en 1984. Nous vous proposons aujourd’hui un essai des Ferrari BB 512 i et 400 i réalisé en septembre 1983 par l’Action Automobile. Bonne lecture !

 

L’essai de la Ferrari BB 512i

Ferrari 512 BBAvec ses 340 ch, la BB 512 est l’une des voitures les plus rapides du monde. Ses accélérations sont foudroyantes, ses reprises magnifiques et le bruit du 12 cylindres Boxer est un régal. Mais sur la route, il est malheureusement bien difficile d’exploiter toutes les ressources de ce « bolide ». La tenue de route est saine, mais des pneus plus larges seraient tout de même les bienvenus. A noter que le freinage faiblit vite en conduite sportive. A ne pas mettre entre toutes les mains !

Ferrari 512 BB caractéristiques

Caractétistiques 512BB

POUR :

Le prestige, performances, la musique, comportement

CONTRE :

Présentation, petits pneus, freins insuffisants, habitabilité / coffre

 

L’essai de la Ferrari 400 i

Ferrari 400 i caractéristiques

Caractéristiques 400 i

Une carrosserie splendide, un moteur douze cylindres en V, une présentation raffinée, la 400 i est avant tout une noble machine. Elle dispose certes de 315 ch sous son majestueux capot, mais en raison de son poids élevé (1815 kg à vide) elle est plus à l’aise dans le rôle de grande routière luxueuse que dans celui de la sportive qui ne demande qu’à être poussée dans ses derniers retranchements. Elle laisse ce rôle aux berlines 308 et 512.

POUR :

Ligne splendide, mécanique noble, agrément utilisation, confort

CONTRE :

BVA 3 vitesses, performances, consommation