L’histoire de Pierrefonds

L’histoire du château de Pierrefonds est mouvementée. Au 12e siècle, un château s’élevait déjà à cet endroit dont il n’en reste que des caves. En 1617, le châtelain, François-Annibal d’Estrées, fait partie des mécontents du règne de Louis XIII. Sur l’ordre de Richelieu, le château est assiégé et pris par les troupes du gouverneur de Compiègne. Louis XIII décide alors de le démolir. On fait sauter les tours par la mine ; les charpentes et les planchers sont brûlés, les toitures – détruites.
 
Les ruines restent dans le domaine de la couronne jusqu’à la révolution lorsqu’elles deviennent bien national. Napoléon Ier les rachète en 1813 pour 2700 francs. Au cours des années qui suivent, l’engouement pour l’architecture du Moyen âge ne cesse de croître. Les « ruines romantiques » inspirent l’art, en particulier la peinture. Entre 1834 et 1866, Corot peint celles de Pierrefonds à plusieurs reprises.
 
En août 1832, Louis-Philippe organise une fête à Pierrefonds à l’occasion du mariage de sa fille Louise avec Léopold de Saxe-Cobourg Gotha, premier rois des Belges. 25 ans plus tard, l’empereur Napoléon III, sur les conseils de Prosper Mérimée, demande à l’architecte Eugène Viollet-le-Duc d’entreprendre la restauration des ruines. Une anecdote raconte que l’empereur hésitait entre la restauration du château de Pierrefonds et celle d’un autre château. L’impératrice Eugénie lui proposa un tirage au sort dont sortit le nom de Pierrefonds. Sous le charme de Pierrefonds, elle aurait écrit ce nom sur les deux papiers du tirage !
 
Au début, une simple remise en état des parties habitables (donjon et deux tours) était envisagée. Les ruines pittoresques devaient subsister comme décor. Puis, le projet prend de l’ampleur : l’empereur décide d’utiliser Pierrefonds comme résidence impériale et donne l’ordre de reconstruire entièrement le château. Viollet-le-Duc a la carte blanche. En s’inspirant de l’art et de l’architecture moyenâgeux, il donne libre cours à son inspiration et dessine le chef-d’œuvre d’éclectisme et d’imagination que nous connaissons aujourd’hui. Mort avant la fin du chantier, son gendre terminera les travaux qui auront coûté pas moins de 5 millions de francs.
 
Pendant le règne de Napoléon III, Pierrefonds devient un haut lieu de la fête. Chaque année, à l’automne, la famille impériale et leurs invités séjournent à Compiègne et font de la visite à Pierrefonds un incontournable. Le soir, la cour s’adonne aux plaisirs du spectacle amateur. Le beau monde du Second empire est présent, à la fois spectateur et acteur : aristocrates cosmopolites, écrivains, artistes, savants, hommes d’état en compagnie de leurs élégantes épouses.
 
L’exposition « Armures et crinolines – costumes de scène » met en scène cet univers féérique et glamour grâce au concours des créateurs de costumes de spectacle. Trente costumes et des accessoires de théâtre historique, prêtés par l’Opéra de Paris, l’Opéra de Bordeaux et le Théâtre du Capitole de Toulouse, sont présentés jusqu’au 18 octobre 2015 dans l’imposante salle des Preuses ainsi que dans les deux grandes salles du donjon récemment restaurées. C’est l’occasion idéale de se rendre au château de Pierrefonds à bord des voitures de collection de Paris Balade.
Venez admirer mâchicoulis, donjon, pont-levis, salle des gardes, courtine, dédale de galeries, escaliers tournants. Personnages et animaux fantastiques de pierre vous suivront des yeux. Dans la crypte, vous entendrez les soupirs des gisants. Mystère et magie vous attendent.
 
Pour visiter Pierrefonds, embarquez à bord de nos voitures de collection et profiter du confort de nos berlines des années 60 pour visiter ce chef d’œuvre du moyen-âge : Balade Pierrefonds