L’équipe de Paris Balade vous présente aujourd’hui l’histoire et l’évolution d’un charmant petit cabriolet Italien, les Fiat 1200 et 1500.

Histoire et évolution

Au salon de Turin 1958, Pininfarina présente un coupé 1500 GT à la ligne fine et lumineuse rappelant certaines Ferrari. Le plancher est celui de la berline 1200 Granluce, mais le moteur est un double-arbre étudié par l’atelier OSCA de Bologne. A Genève, le cabriolet Fiat 1200 est présenté par Fiat sous son propre label, avec un moteur dégonflé (58ch au lieu de 80). La version Fiat 1500 Cabriolet à moteur OSCA verra le jour quelques semaines plus tard. Elle se distingue par quelques détails : texture de la grille, calandre, fausse prise d’air sur le capot, enjoliveur de roues et monogramme sur le coffre. Un volant Nardi à trois branches, un compte-tours et une applique en bois sur la planche de bord complètent les différences. La boite à quatre rapports, à première non synchronisée est commune aux deux modèles, tout comme les freins à tambours, limités pour une voiture pouvant atteindre 170 km/h (en 1500).

Fiat 1200
Fiat 1200

En 1961, la sellerie cuir devient disponible en option, quant à la version 1500, elle est rebaptisée en 1500 S pour se distinguer la nouvelle berline 1500. L’année suivante, la 1500 S devient 1600 S : l’augmentation de cylindrée apporte 10 ch de plus, grâce notamment grâce à une double carburation et une alimentation par pompe électrique.

Fiat 1600 S Cabriolet OSCA

Au printemps 1963, une seconde série de Fiat cabriolet est lancée. L’avant de la carrosserie est l’objet de retouches (calandre, butoirs, capot), la 1600 S se démarque par ses longue-portée incorporés, alors que la version Fiat 1500 Cabriolet réapparaît au catalogue pour remplacer la 1200. Elle se voit équipé du moteur de la berline, à culbuteurs et carburateur unique. Les freins avant gagnent des disques et un servofrein à dépression est ajouté à l’équipement de série. 1965 voit l’arrivée d’une toute nouvelle boite de vitesse à 5 rapports (entièrement synchronisés), l’écusson de calandre est également modifié. En 1966, la présentation de la 124 Sport Spider marque la fin de carrière de ce petit cabriolet attachant, produit à 45 000 exemplaires, auxquels s’ajoutent les quelques centaines de coupés vendus directement par Pininfarina.

En acheter une aujourd’hui

Comme sur toutes les Italiennes, la corrosion est à surveiller, tout comme les traces d’un pilotage trop « enthousiaste » mal réparé. Les moteurs OSCA sont réputés assez délicats, surtout si on les brusque à froid et les pièces spécifiques, tout comme celles de carrosserie ne sont pas très répandus. La Fiat 1500 Cabriolet avec moteur de berline (pièces simples à trouver) et boite 5 est un très bon choix.

Fiat 1500 cabriolet

La côte 

1200 Cabriolet : 13 000 euros

1500 Cabriolet : 15 500 euros

1500 S ou 1600 S OSCA : 32 000 / 34 000 euros