Le sapin fait partie de la décoration traditionnelle de Noël. En raison de son feuillage persistant, il symbolise l’immortalité et le renouveau de la vie. Paris Balade vous raconte sa longue histoire. L’origine du sapin de Noël ne fait pas l’unanimité. Pour certains, il remonte au temps du paganisme ; d’autres lui attribuent une origine gauloise ou germanique.

Dans les temps païens, un épicéa décoré avec des fruits, des fleurs et du blé, est planté devant la maison autour du 21 décembre, lors du solstice d’hiver, pour rappeler la renaissance du soleil. En 354, l’Eglise institue la célébration de la naissance du Christ, le 25 décembre, pour rivaliser avec cette fête païenne.

Selon les adeptes de l’origine gauloise de l’arbre de Noël, la coutume du sapin décoré remonterait au missionnaire St Colomban. Vers 573, Colomban quitta l’Irlande pour rejoindre la Gaule où il fonda en 590 le monastère de Luxeuil au pied des Vosges. Un soir de Noël, entouré de ses condisciples, Colomban se rend au sommet de la montagne où s’érige un imposant sapin, objet de culte païen. Les moines accrochent leurs lanternes à l’arbre et dessinent une croix lumineuse au sommet. Colomban se met à raconter les merveilles de la naissance de Jésus aux paysans accourus voir ce spectacle ; il en convertit plusieurs lançant ainsi la coutume d’installer chaque année des sapins illuminés.

Une légende raconte que St Boniface, moine évangélisateur allemand de la fin du 7e siècle, voulait convaincre les druides germains que le chêne n’était pas un arbre sacré. Il en fit donc abattre un ; en tombant, l’arbre écrasa tout ce qui se trouvait sur son passage à l’exception d’un jeune sapin. Boniface qualifia ce pur hasard de miracle et déclara que désormais, cet arbre s’appellera l’arbre de l’Enfant Jésus. Depuis, on plante en Allemagne de jeunes sapins pour célébrer la naissance du Christ.

Mais un événement religieux a grandement stimulé la tradition du sapin de Noël dans ces régions : la Réforme. Les villes protestantes de l’époque s’étaient débarrassées des statues des saints et autres personnages bibliques. Naturellement, la crèche de Noël avec ses figurines subit le même sort. Dès lors, le sapin de Noël est devenu le nouveau symbole des festivités de la naissance de Jésus. Selon une légende, la veille de Noël, le Réformateur Martin Luther se promena dans la forêt. Il fut émerveillé par la beauté du ciel étoilé étincelant entre les branches des sapins et décida d’abattre un petit sapin pour le rapporter chez lui. Il eut l’idée de suspendre des bougies sur les branches de l’arbre.

Pour la première fois sur l’actuel territoire français, le sapin est mentionné comme arbre de Noël dans un livre de comptes à Sélestat (Alsace), le 21 décembre 1521. Le livre fait notamment état d’une rémunération versée aux gardes forestiers pour la surveillance de la coupe des sapins afin de protéger la forêt d’un abattage excessif. Désormais coupé selon les règles de l’art, l’arbre est décoré de roses en papier, de pommes, de rubans et de sucreries. Petite anecdote : il n’est pas d’usage de dresser le sapin sur le sol ou sur une table. Sa cime est bel et bien suspendue au plafond.

L’arbre de Noël se généralisera en France après la guerre franco-prussienne de 1870 lorsque les immigrés qui fuiront d’Alsace-Lorraine, feront largement connaître cette tradition aux Français.

Les premiers sapins illuminés apparaissent au 17e et 18e siècle. On utilisait des coquilles de noix remplies d’huile à la surface desquelles des mèches flottaient.

C’est en 1738 que Marie Leszczynska, épouse de Louis XV, aurait installé un sapin de Noël dans le château de Versailles.

L’arbre de Noël fut introduit à Paris, en 1840, par la princesse Hélène de Mecklembourg, duchesse d’Orléans. Un an plus tard, il apparut au palais royal de Buckingham, à Londres.

sapin-de-noel

Au milieu du 19e siècle, la production de décorations de Noël se développe. La première guirlande lumineuse a été conçue en 1882 par Edward Johnson, un associé du fameux inventeur Thomas Edison.

La coutume traverse l’Atlantique courant 19e siècle. Les immigrants allemands débarquant en Pennsylvanie continuent à décorer leurs sapins à Noël, comme ils avaient l’habitude de le faire chez eux. En 1895, un sapin décoré de guirlandes lumineuses fut installé à la Maison Blanche.

Traditionnellement, l’arbre de Noël ne doit pas être érigé avant la veille de Noël, c’est-à-dire le 24 décembre, et doit être enlevé douze nuits après, pour l’Épiphanie. Dans les faits, les décorations de Noël démarrent beaucoup plus tôt. Aujourd’hui, il est difficile d’imaginer les fêtes de fin d’année sans lui. Il s’en vend quelques 6 millions chaque année en France.

Sapin de Noel Reine Victoria

Nous voilà arrivés au terme de cette balade dans l’histoire du sapin de Noël ! Paris Balade vous souhaite un joyeux Noël et vous attend pour une nouvelle balade dans une autre longue histoire, celle de Paris, la plus belle ville du monde !