Une berline sportive, la Citroen CX GTI

Lancée en 1974 et dessinée par Robert Opron, la CX a la lourde tâche de succéder à la DS. Produite jusqu’à 1991 à près de 1,2 millions d’exemplaires, elle est la dernière Citroën conçue avant le rachat par Peugeot. L’auto journal essaye en 1984, la version haut de gamme, la CX 25 GTI. Bonne lecture !

 L’essai

En prenant le moteur de 2 347 cm3 et en le faisant passer à 2 500 cm3. Citroën offre un moteur de 138 ch DIN à 5 000 tr/mn au lieu de 128 ch à 4 800 tr/mn. La boîte mécanique à 5ème surmultipliée se distingue par une précision de commande supérieure à la moyenne. Et la suspension est – bien entendu – hydropneumatique.

Citroen CX 25 GTI tableau de bord

Tableau de bord

Le moteur est assez silencieux, et surtout le bruit ne croît guère avec la vitesse. Le couple disponible à régime moyen autorise une conduite souple, sans usage excessif de la boîte. En dépit de la longueur des rapports, la vitesse maximale est obtenue en cinquième, avec une quatrième capable de monter à près de 170 compteur.

Les pneumatiques sont des Michelin TRX avec leurs jantes spéciales en alliage léger. Le mariage entre la voiture et ces pneumatiques s’effectue le mieux du monde. Néanmoins, compte tenu de la direction directe, une période d’adaptation est indispensable afin que les mouvements du volant, n’atteignent pas une amplitude exagérée. Bien que les TRX ne soient pas un modèle de souplesse, le confort est très satisfaisant, et la suspension hydropneumatique n’a que faiblement tendance à rouler en virage, tandis que sa capacité d’absorption des dos d’âne semble avoir augmenté.

Ce n’est pas une vaine expression de dire que la voiture s’accroche à la route. Bien sûr, c’est une traction avant mais les risques de sous-virage sont quand même repoussés très loin. Et aussi bien sur chaussée sèche que mouillée, les virages peuvent être abordés et négociés à très grande vitesse, avec ou sans accélération pour aider à l’exécution de la manœuvre.

La direction, directe, demande une certaine accoutumance. Mais, une fois l’habitude prise, elle permet un excellent contrôle de cette grande voiture et ce, sur les routes les plus étroites, les plus sinueuses et les plus cahoteuses.

 

Caractéristiques Citroen CX GTI

Caractéristiques

Cela dit, il serait temps qu’en dépit de ses qualités techniques, la CX soit sérieusement revue en ce qui concerne ses aménagements. La moitié droite de la planche de bord demande à être jetée au panier. Quoique moelleux, les sièges ne supportent plus la comparaison avec la concurrence, tout au moins en ce qui concerne le maintien, en conduite à grande vitesse. Que dire enfin de cette montre digitale maladroitement bricolée et disposée, semble-t-il, au hasard ; et aussi d’un essuie-glace vraiment trop lent pour les performances de la voiture… Quant à la roue de secours, elle s’obstine à être inutilisable pour une femme.

Il devient presque émouvant de noter qu’en dépit de son âge, la CX parvient à se maintenir à bien des égards dans le peloton de tête. Son comportement routier, sa suspension, son freinage et sa direction ne sont pas encore surpassés. Quant à son moteur, il fait ce qu’il peut pour paraître puisant et sobre.

Certes, les aménagements devraient subir une refonte profonde, en abandonnant sans doute un faux modernisme discutable.

Quant à la silhouette de la Citroen CX, elle demeure, bien sûr, ce qu’elle est. C’est dire qu’elle n’est pas dépourvue d’attraits pour le fidèle client Français. Mais elle a inspiré depuis des années la ligne de bien d’autres voitures, et elle est sans doute trop connue pour nombre de marchés d’exportation.

 

Qualités :

  • Bonne tenue de route
  • Suspension confortable
  • Freins puissants
  • Direction très précise
  • Bonnes performances
  • Sobriété

 

Défauts :

  • Cylindrée importante
  • Siège désuets
  • Essuie-glace
  • Roue de secours mal placée
  • Planche de bord hors d’âge