La Maserati Indy, une 2+2 sportive !

Paris Balade vous propose de découvrir l’essai de la Maserati Indy, grand tourisme à 2+2 places des années 60-70. L’essai est réalisé par Sport Auto en 1973. Bonne lecture !

L’essai

Son apparition officielle remonte au salon de Genève 1969, mais elle demeure la plus « spacieuse » des Maserati, son habitacle 2+2 offrant deux places arrières où les passagers sont bien traités, mieux sans doute qu’ils ne le sont dans la Khamsin, qui a remplacé la Ghibli depuis novembre 1972, la Bora et la Merek n’offrant quant à elles que deux

Maserati Indy caractéristiques

Caractéristiques

places strictes. Seule une architecture conventionnelle, moteur avant-transmission aux roues arrière, peut permettre un tel volume d’habitabilité, et l’on ne s’étonnera donc du fait que sur le plan technique il n’y ait pas eu, à l’époque, d’innovations caractéristiques à propos de la Maserati Indy. Son moteur est un V8 de 4930 cc qui développe 320 CV DIN à 5 500 t/m ainsi qu’un couple de 49 mkg à 4 000 t/m. Il est accouplé à une boite à 5 rapports synchronisés. Il est installé dans une carrosserie dont les lignes sont belles, sobres, mais résolument moins sportives par exemple que celle de la Bora.

A bord, bien sûr, c’est somptueux : du cuir, une finition très élégante, un équipement tout à fait complet avec un système d’air conditionné remarquablement efficace notamment. Le conducteur pourra trouver une bonne position de conduite, les sièges sont confortables, et la Maserati Indy répond bien à sa vocation de GT faite pour les longs voyages. Sur route cependant, quelques défauts apparaissent au niveau de la suspension, lorsque l’état de la chaussée se dégrade en particulier. En outre les freins ne sont pas parfaits.

Mais au total, la Maserati Indy s’avère facile à conduire. Sa vitesse de pointe, près de 250 km/h, permet une croisière à plus de 200, sans fatigue dans une ambiance relaxante.