La Peugeot 309 GTI 16, une vraie bleue

Lancée en 1985, la Peugeot 305 devait d’abord être la Talbot Arizona, cependant PSA décidant d’abandonner la marque Talbot, elle deviendra finalement 309 sous le badge du lion. Paris Balade vous propose ici un essai de sa version la plus sportive, la Peugeot 309 GTI 16 testée par l’Auto Journal en 1990. Bonne lecture !

 

L’essai

309 GTIPourquoi Peugeot a-t-il choisi la plus banale de ses carrosseries, celle de la 309, pour en faire le modèle de pointe de toutes les GTI ? Sans doute le moteur 16 soupapes n’entrait pas sous le capot de la 205. Et voilà la paisible 309 promue au rang de bombe de la route avec des performances pour le moins étonnantes. La barre des 220 km/h est atteinte, ce qui met la Peugeot de Poissy à l’abri des attaques de ses concurrentes. Née pour être une Talbot, il aurait été d’ailleurs judicieux de ressortir le nom de cette marque de prestige français pour la GTI 16. Les accélérations sont dignes de la vitesse de pointe, un peu plus de 28s aux 1 000 mètres et même les reprises profitent de la légèreté de la caisse. Le manque de puissance du moteur 16 soupapes à bas régime est nettement moins apparent que sur la 405. L’étagement et le fonctionnement de la boîte sont aussi bien adaptés à la nouvelle puissance.

Tableau de bord Peugeot 309 GTI

Tableau de bord

Les techniciens ont aussi bien travaillé pour réussir à maîtriser la fougue du moteur. Guidage et géométrie des suspensions, dimension des pneus, tout a vraiment été soigné. Résultat sur la route : un comportement aussi efficace que sportif. Quelques réserves cependant : le train arrière est vraiment très vif en courbe pied levé et la motricité n’est pas totale. En clair, la GTI 16 pourrait survirer franchement avec quelques réactions de direction.

Performances Peugeot 309 GTI16

Performances

Le freinage s’en sort relativement bien mais il aura fallu attendre les modèles 91 pour que l’ABS soit proposé en option, ce qui est bien regrettable pour les premiers acheteurs. A l’extérieur, la GTI 16 ne se distingue guère que par ses six phares, son petit aileron arrière et ses belles jantes légères de 15 avec de larges pneus très bas. A l’intérieur, les sièges offrent un bon maintien, le volant est garni de cuir et les instruments du tableau sont au complet, lisibles et précis. Dans le concept actuel des GTI, cette 309 est devenue une référence en dépit de son manque de confort, pour ses performances et son comportement très sportif. Son prix, sans options, demeure attractif par rapport aux modèles équivalents d’autres marques.

 

Qualités :

  • Hautes performances
  • Comportement
  • Bel équipement

 

Défauts :

  • Suspension dure
  • ABS, option tardive
  • Carrosserie