La Renault 18 Turbo, performances et exception

Nous vous proposons aujourd’hui un essai d’une sportive Française oubliée, la Renault 18 Turbo essayée par l’Action Automobile en septembre 1982. Bonne lecture !

L’essai

Présentée voici deux ans déjà, la Renault 18 Turbo demeure la seule véritable berline sportive Française. En novembre 80, un essai comparatif l’opposant aux Bmw 320, Audi 80 GLE et autres Alfa Romeo Giulietta 2.0, avait mis en évidence ses qualités puisqu’elle l’emportait au bilan global tout en faisant jeu égal avec la plupart de ses rivales au chapitre des performances.

Renault 18 Turbo intérieurAujourd’hui, la Régie va plus loin. Une modification du système de suralimentation permet de porter la puissance de 110 à 125 ch ; la transmission est allongée, les freins arrières à tambours sont remplacées par des disques, le Cx amélioré, de nouveaux équipements apparaissent. La Renault 18 Turbo devient ainsi terriblement efficace et séduisante.

Sous une robe pratiquement inchangée la R18 Turbo devient en effet l’une des berlines sportives les plus intéressantes du marché. Si l’on prend la Bmw 323i comme référence, on constate que la R18 Turbo fait jeu égal en vitesse de pointe avec environ 198 km/h. Les reprises de la Bmw sont meilleures mais, en revanche, c’est la Renault qui se montre la plus rapide sur le circuit de Montlhéry avec une moyenne étonnante de 125,464 km/h. La Ritmo Abarth est également battue de peu, de même que la Golf GTI (1600). Même la Renault 5 Alpine Turbo doit s’incliner devant sa grande sœur pourtant plus habitable et plus confortable.

Il faut dire que la tenue de route et le freinage de la R18 Turbo permettent de tirer en toute confiance la quintessence du moteur. La direction assistée (en option) est douce et précise, la commande de boite ne pose pas de problème et la suspension réalise un excellent compromis entre confort et comportement routier.

Renault 18 Turbo caractéristiques

Caractéristiques

Le seul véritable reproche que nous aurions à formuler du point de vue agrément de conduite concerne le délai de réponse du Turbo à bas régime. La puissance et le couple sont bien là, mais un bon 2 litres atmosphérique réagit avec bien plus de vivacité.

Dans un tout autre domaine, on pourrait reprocher à cette Renault 18 Turbo d’être trop Renault dans se présentation. Du point de vue esthétique, finition ou présentation, elle ne « fait pas le poids » en comparaison avec la Bmw 323i. Mais elle n’affiche pas le même prix non plus, ne l’oublions pas !

Notons, enfin, que la sobriété n’est pas la moindre qualité de cette surprenante berline qui se contente de 8,26L/100 à 120 km/h et de 7.74 sur route dégagée en respectant la limitation de vitesse. Sur ce point aussi, la concurrence est battue.