Renault Frégate, la Régie s’attaque au haut de gamme

Lancée en 1951, la Renault Frégate devait concurrence la Citroen Traction (portant lancée 17 ans auparavant !). Elle sera produite jusqu’en 1960, sans jamais vraiment connaitre le succès… Paris Balade vous propose de découvrir un essai de la Renault Frégate réalisé en 1954 par l’Auto-journal. Bonne lecture !

L’essai

Mécanique

Avec sa puissance actuelle, légèrement augmentée, la Renault Frégate présente des performances certes suffisantes en service normal, mais un conducteur, tant soit peu sportif, regrettera certainement encore un manque de ce brio qui, d’une obligation ou d’une habitude, transforme la conduite en un plaisir.

Bien que variant dans de fortes proportions en fonction de la charge transportée, la consommation de la Frégate est faible et propice à l’abaissement du prix de revient kilométrique.

Récemment la Renault Frégate a fait d’énormes progrès en ce qui concerne la souplesse à très bas régime et surtout le silence. Les désagréables vibrations qui apparaissaient à certains régimes, ainsi qu’en décélération, ont maintenant presque totalement disparu et les divers bruits qui manquaient souvent de discrétion, se sont considérablement raréfiés. Il est certain que le nouveau mode de suspension du pont arrière, ainsi que l’adoption d’un double pot d’échappement, ont exercé en ce domaine une influence heureuse.

 

Tenue de route

Bien que la Régie se soit attentivement penchée sur la boite de vitesses de sa dernière-née, les résultats ne peuvent être considérés comme totalement satisfaisants. Il est maintenant plus facile de trouver l’emplacement de la surmultipliée, mais la synchronisation des différents rapports n’est réelle dans la plupart des cas que si l’on prend soin de décomposer les manœuvres. En ce qui concerne l’échelonnement, la 1ère est évidemment un peu courte, mais la seconde est agréable et la 3ème est la rapport d’exploitation par excellence, tandis que la surmultipliée est très utilisable en conduite normale.

Renault Frégate caractéristiques

Caractéristiques

L’efficacité en toutes circonstances des freins de la Frégate est en passe de devenir proverbiale et la seule réserve que l’on puisse assez paradoxalement formuler réside en la rapidité de la réponse qui peut surprendre un conducteur non habitué à la voiture.

Nous avons été pleinement satisfaits par la tenue de route. Cette voiture est certainement l’une des plus sures que nous connaissions dans le domaine de la grande série et elle ne trahira jamais son conducteur par un comportement vicieux ou inattendu. Que ce soit sous la pluie, par mauvais revêtement ou par vent latéral, la voiture suit au mieux sa trajectoire.

La suspension donne satisfaction si les amortisseurs sont en bon état et la direction, agréable sur route, devient assez ferme en ville à basse vitesse. La précision au volant est bonne et le rayon de braquage intéressant pour une voiture de cette importance.

 

Carrosserie

La Renault Frégate est sans doute l’une des plus jolies voitures de grande série qui existent actuellement et sa silhouette bien proportionnée ne peut que satisfaire le regard.

L’équipement général de l’Amiral est très complet et peut être comparé à celui de la Ford Vedette, tandis que l’Affaires sur laquelle un effort de prix considérable a été fait, présente malgré tout une finition et des aménagements similaires à ceux de la 4 CV Sport.

Enfin le coffre est de grandes dimensions, la roue de secours est disposée verticalement sur le côté gauche, d’une manière assez pratique, le cric vertical est de conception moderne, et les pare-chocs paraissent robustes, ainsi que l’ensemble de la caisse.

 

Conclusion

Il est donc indéniable que les nouvelles Renault Frégate sont actuellement bien au point grâce aux progrès réalisés. Ces voitures présentent une tenue de route, une consommation, un freinage et un confort général qui les rendent intéressantes à plus d’un titre pour une vaste clientèle.

Quant aux défauts, ils sont très atténués, puisque les ronflements, les vibrations ont disparu et que le synchronisme de la boite s’est amélioré dans une certaine mesure. Il reste encore beaucoup à faire dans le domaine de la puissance et il est permis de le regretter, car si la Frégate devenait plus brillante, elle constituerait, dans l’état présent de la production européenne, un ensemble particulièrement séduisant.