Avec Paris Balade, on continue de découvrir l’histoire de l’équipe Ligier en Formule 1. La saison 1981 est la dernière où l’équipe joue la gagne avant de commencer sa lente dégringolade en 1982.

1981 : Partenariat avec Talbot, saison contrastée mais Laffite en course jusqu’au bout !

Talbot annonce son retour en Formule 1 en janvier 1980 en embauchant Jochen Neerspack, l’ex-responsable de Bmw Motorsport, pour diriger ce retour. Hugues de Chaunac et Danny Hindenhoch sont également engagés. L’idée de base est de produire son propre chassis et d’utiliser des moteurs Bmw Turbo. Les négociations avec le géant de Munich tombent finalement à l’eau. Changement de stratégie de Talbot en juin 1980. Talbot investit dans Ligier et les bleus courront sous le nom de Talbot-Ligier pour la nouvelle saison 1981.

Après deux années avec le Ford Cosworth, Ligier revient au V12 Matra. Jacques Laffite est à nouveau confirmé comme pilote numéro 1 et il est rejoint, dès septembre 1980, par son beau-frère Jean-Pierre Jabouille (le premier vainqueur avec une Renault en F1). Malheureusement Jabouille se brise une jambe en fin de saison, ce qui ralentira sensiblement son intégration dans l’équipe.

Patrick Tambay Talbot Ligier JS17

Tambay sur la Ligier JS17

La nouvelle Talbot Ligier JS17 fait ses premiers tours de roue en janvier. Gérard Ducarouge et Michel Beaujon dessinent une voiture conventionnelle et Ligier passe aux pneus Michelin. Le moteur Matra manque de puissance à haut régime, même si son régime maximum est poussé à 13 000 tr/mn.

Jabouille essai la voiture début mars, mais son état physique ne lui permet pas de courrir les 2 premières courses de la saison à Long Beach et Rio. Il est remplacé par Jean-Pierre Jarier.

En début de saison, La Talbot Ligier JS17 souffre de sous-virage et les deux voitures abandonnent à Long Beach, Laffite ayant pourtant atteint lot top six avant de s’accrocher avec Cheever. Le premier point est marqué au Brésil par Laffite, terminant 6ème devant Jarier. En Argentine, la situation ne s’améliore pas et Jabouille ne se qualifie pas pour la course, signant un temps à 2 secondes de son équipier.

La saison Européenne va marquer le retour en forme de la Ligier JS17 grâce à l’introduction d’une nouvelle suspension. Laffite se qualifie régulièrement dans le Top 10. Jabouille, jamais vraiment rétabli de sa blessure, annonce sa retraite après le Grand Prix d’Espagne. Il deviendra team manager de l’équipe après l’Angleterre, suite au licenciement de Ducarouge. Au volant, Il est remplacé par Patrick Tambay, préféré au mécontent Jarier.

La Talbot Ligier JS17 montre de réels progrès en milieu de saison, Jacques Laffite signant 6 podiums en 7 courses. Il est second à Zolder et Jarama (à seulement 0,22 secondes d’un héroïque Gilles Villeneuve) où il signe même sa seule pole position de la saison. Il signe une impressionnante victoire en Autriche, mais ses chances de titres s’évaporent après un accrochage avec Reutemann en Hollande et une crevaison à Monza.

Laffite podium Canada 1981

Laffite vainqueur au Canada

Laffite remonte de la 10ème place sur la grille au Canada pour remporter la course sous la pluie. Il garde ainsi une chance mathématique de titre, avec Piquet et Reutemann, pour la dernière manche de la saison à Las Vegas.

Partant 12ème sur la grille, il remonte brillement 2ème mais une dégradation subite de pneumatiques l’oblige à rentrer au stand pour finir 6ème. Pour la 3ème année consécutive, il finit 4ème au championnat du monde.

Patrick Tambay connaitra une demi-saison bien plus difficile. Il ne termine pas une seule course et est battu 7 à 1 par Laffite en qualifications.

Statistiques 1981

Classement pilote : Jacques Laffite 4ème 44 points / Jean-Pierre Jabouillet, Jean-Pierre Jarier et Patrick Tambay non classés.

Classement constructeur : Talbot Ligier Matra 4ème 44 points

Meilleur résultat : 1er (Autriche, Canada)

Meilleure qualification : 1er (Espagne)

 

1982 : Déceptions malgré Cheever

Ligier JS19 Monaco

Ligier JS19 à Monaco

Jacques Laffite reste chez Ligier pour un septième saison consécutive, mais la surprise vient de son équipier. Au cours de la dernière manche 1981, le jeune américain Eddie Cheever est choisi pour seconder Laffite. Dès les premiers essais de la JS17, il se montre ravi. L’équipe commence la saison avec l’ancienne JS17 ce qui ne fait pas le bonheur de Laffite qui la déclare comme « obsolète ». Le moteur Matra V12 accuse lui aussi les années puisque sa conception remonte à 14 ans !

Le début de saison est désastreux : aucune voiture ne finit les 3 premières courses. Cheever surprend tout le monde en Belgique en signant une belle 3ème place après être parti 14ème sur la grille. C’est juste avant ce grand prix que Laffire essaye la nouvelle Ligier JS19. Michel Beaujon dessine une voiture avec des jupes allant jusqu’à l’arrière de la voiture. Le pilote est assis à l’avant, l’arrière étant prévu pour recevoir un V6 Turbo, mais c’est finalement le vieux V12 Matra qui est à bord.

La Ligier JS19 débute à Monaco, mais elle est déclarée illégale pour cause de jupes trop longues. La voiture est modifiée par l’équipe, mais perd son équilibre, les deux pilotes abandonnent.

Eddie Cheever podium Belgique 1982

Eddie Cheever sur le podium en Belgique

La JS17 revient à Détroit où Cheever signe la meilleure performance de sa carrière en terminant second alors que Laffite s’accroche avec Pironi et perd le podium pour terminer 6ème. Cheever perd un autre podium au Canada après une panne d’essence.

Ligier décide de se concentrer sur la JS19 pour le retour en Europe, mais les résultats ne sont pas au rendez-vous. Au Pays-Bas, Cheever n’arrive pas à qualifier la voiture, alors que Laffite abandonne sur l’ancienne JS17. Les deux Ligier se qualifient à Brands Hatch, mais abandonnent sur problèmes mécanique.

En France, les JS19 ne sont pas dans le coup et terminent loin. Une nouvelle suspension améliore la tenue de route en Allemagne. Laffite est 4ème avant d’endommager une jupe sur un virage mal pris. L’expérimenté Laffite arrive à ramener un podium en Autriche après une course d’attente. Cheever réussit encore quelques belles performances en se qualifiant 4ème à Las Vegas pour signer un nouveau podium. Ses belles performances lui permettront de signer chez Renault pour 1983. Laffite connait lui sa plus mauvaise saison chez les bleus.

Statistiques 1982

Classement pilote : Jacques Laffite 18ème 5 points / Eddie Cheever 12ème 15 points.

Classement constructeur : Talbot Ligier Matra 8ème 20 points

Meilleur résultat : 2ème (USA Est)

Meilleure qualification : 4ème (Las Vegas)

Découvrez les épisodes 1, 2 et 3 de la saga Ligier sur notre blog.