Les saisons 1985 et 1986 vont marquer le retour en forme des bleus avec plusieurs podiums. Le moteur Renault y contribue, mais c’est surtout le retour de Jacques Laffite qui dynamise l’écurie. Paris Balade vous raconte ces deux saisons.

1985 : Retour de Laffite et des podiums

Ligier JS25 De Cesaris
Ligier JS25 De Cesaris

Après ses années difficiles, Guy Ligier décide de restructurer son équipe. Gérard Larrousse et Michel Tétu (tous deux ex-Renault) sont engagés comme directeur général et designer. Coté pilotes, Andrea De Cesaris reste dans l’équipe et c’est le revenant Jacques Laffite qui rentre à la maison après deux saisons sans succès chez Williams.

Gitanes est toujours le sponsor principal, rejoint par Candy, alors que Lotto quitte l’écurie. Après le retrait de Michelin, Ligier passe aux Pirelli. La Ligier JS25 Renault fût dessinée par Michel Beaujon avant l’arrivée de Tétu. Elle est l’une des plus lourdes monoplaces du plateau. Tétu développe la voiture tout au cours de la saison et l’écurie progresse au fil des courses.

Laffite se montra plus lent que De Cesaris en qualifications (battu 7 à 4), mais termina 6ème au Brésil et à Monaco. De Cesaris brilla dans la principauté, qualifié 8ème, il mena une belle course pour terminer 4ème. La JS25 manqua de grip à Montréal et Détroit et les deux voitures abandonnèrent en France. Le solide et fiable Laffite apporta pourtant deux podiums successifs en Angleterre et en Allemagne profitant de nombreux abandons dont celui de De Cesaris. Les deux Ligier se touchèrent au départ en Allemagne ce qui provoqua l’abandon de De Cesaris. Ce dernier connut une sortie de piste mémorable en Autriche où il effectua plusieurs tonneaux. C’en était trop pour Guy Ligier, qui mis à pied l’impétueux Italien. Le prometteur Philippe Streiff est engagé pour le remplacer. Il terminera ses quatre courses pour Ligier.

Laffite Ligier JS25
Laffite montant à bord de la Ligier JS25

Les deux Ligier étaient en forme à Brands Hatch et Streiff signa la meilleure qualification de la saison en 5ème place. Un départ raté le relégua malheureusement en 8ème place. Quant à Laffite, il batailla avec la Brabham de Surer pour le podium mais se retira sur casse moteur.

C’est lors de la dernière manche de la saison, en Australie, que Ligier brilla. Mal qualifiées (18ème et 20ème), la course se révéla une hécatombe. Avec seulement 8 voitures, les deux Ligier signèrent un podium salvateur avec Laffite et Streiff respectivement 2ème et 3ème. La course faillit être gâchée par une attaque de Streiff sur son leader. Malgré les ordres du stand de ne pas s’attaquer, le jeune Streiff accrocha son équipier à l’avant dernier tour et manqua de peu de laisser les deux voitures sur le carreau.

Laffite et Streiff sur le podium Australie 1985
Laffite et Streiff sur le podium en Australie

Cette saison 1985 marque donc un retour de Ligier sur les podiums et l’expérimenté Jacques Laffite montra sa science de la course bien que moins rapide en qualification.

Statistiques 1985

Classement pilote : Jacques Laffite 9ème 16 points / Philippe Streiff 15ème 4 points / Andrea De Cesaris 17ème 3 points

Classement constructeur : 6ème 23 points

Meilleur résultat : 2ème (Australie par Laffite)

Meilleure qualification : 5ème (Europe par Streiff)

 

1986 : Laffite et Arnoux assurent avant le grave accident

Ligier JS27 Jacques Laffite
Ligier JS27

La fin de saison 1985 a déclenché une vague d’optimisme dans l’équipe. Jacques Laffite, agé de 42 ans, vient d’être décoré de la Légion d’honneur et sera associé à René Arnoux (vainqueur de 7 grand prix pour Renault et Ferrari).

Les discussions avec Renault pour la fourniture des moteurs seront compliquées et Ligier faillit même signer avec Alfa Romeo avant que l’intervention du ministre des sports, Alain Calmat, ne permette un accord via le préparateur Mécachrome.

L’incertitude sur la fourniture du moteur a retardé le dessin de Ligier JS27. Michel Têtu a rabaissé le centre de gravité en reculant le réservoir d’essence, les radiateurs d’eau sont montés sur chacun des pontons et une nouvelle boite 6 vitesses est utilisée. Les sponsors principaux sont Gitanes, Loto (de retour) et Elf.

Equipe Ligier 1986
Equipe Ligier en 1986

La saison débute parfaitement à Rio, les deux Ligier sont dans le top 5 en qualifications et Laffite signe la 3ème place, suivi de Arnoux. Des problèmes de cardan provoquent un double abandon en Espagne et Arnoux perd une roue alors qu’il est 5ème à Imola. Les deux voitures sont à nouveau dans les points à Monaco et terminant 5ème et 6ème.

Laffite effectue une belle remontée en Belgique de 17ème sur la grille à 5ème en course. Arnoux marque un nouveau point au Canada après une course à l’économie pour éviter la panne d’essence. La grande course de l’année sera à Detroit. Qualifiés 4ème et 6ème, les Ligier vont se battre pour la victoire en menant la course. Des arrêts au stand trop long leur font perdre et des places et Arnoux abandonne en sortant de la piste pour éviter la Williams de Piquet. Laffite effectue une remontée superbe et double Prost à 8 tours de la fin pour échouer en 2ème place derrière Senna. En France, les deux voitures sont encore dans les points (4 et 6èmes).

Malheureusement, cette bonne demi-saison va connaitre un cout d’arrêt dramatique à Brands Hatch. Laffite doit y disputer son 176ème grand prix et égaler le record de participations de Graham Hill. Malheureusement il est pris dans un carambolage au départ et tape un mur de front. Jacques a les deux jambes brisées et devra mettre un terme à sa carrière. Arnoux termine 4ème en Angleterre et en Allemagne. Philippe Alliot est choisi pour piloter la seconde voiture.

L’accident de Laffite sape le moral de l’équipe, aucun point ne sera marqué par Arnoux au cours des six dernières courses de la saison. Alliot marque un seul point en terminant 6ème à Mexico après un spectaculaire tête-à-queue à plus de 200 km/h. Didier Pironi effectua des essais sur la Ligier JS27 à Dijon en Aout. Il abandonna cependant l’idée d’un retour en Formule 1 après son grave accident de 1982.

Arnoux et Laffite
Repos des pilotes sur le muret des stands

Ligier termina 5ème au classement des constructeurs (son meilleur classement depuis 1981), et si le début de saison fut positif, la saison sera gâchée par l’accident de Laffite.

Statistiques 1986

Classement pilote : Jacques Laffite 8ème 14 points / René Arnoux 8ème 14 points / Philippe Alliot 19ème 1 point

Classement constructeur : 5ème 29 points

Meilleur résultat : 2ème (USA par Laffite)

Meilleure qualification : 4ème (Brésil et USA par Arnoux)

Retrouvez l’histoire de Ligier dans nos précédents épisodes:

Episode 1 : les débuts.

Episode 2 : La première victoire.

Episode 3 : un prétendant au titre.

Episode 4 : grandeur et décadence

Episode 5 : les années noires

Laisser un commentaire

Retour haut de page